• Le Printemps

     

    Printemps

     

    Les bourgeons éclosent au frêle soleil

    Et dès l'aurore jaillissent mille fleurs

    D'un vol incessant d'abeilles en fureur

    Coule l'hydromel aux saveurs de miels

     

    C'est ainsi que les printemps naissent

    Des couleurs vives sur ma palette grise

    Qu'une main habile tout en délicatesse

    Dépose sur la toile tendue par la brise

     

    Le petit vent malin balance ma main

    Courbe la ligne des pluies magiques

    Les nuages libres se détachent un à un

    S'évaporent dans un arc-en-ciel féerique.



    Et toujours ces sifflements et ces pleurs

    Symphonie fantastique en ut libertaire

    Écrite sur une octave altière imaginaire

    Musique aérienne en signes charmeurs.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :