• La fée des aurores

    Aurélia tu danses et danses encore

    Aux rythmes endiablés d'un tam tam

    Aurélia tu danses et danses encore puis

    Disparais cachée par des doigts magiciens

    Ton corps s'allonge et se cambre en signes

    Derrière le voile les ombres se dessinent et

    Des gestes diaboliques enfantent cette nuit

    Des silhouettes fragiles d'eau et d'argile et

    Naissent dans mon imaginaire des femmes

    Aux silhouettes fragiles d'eau et d'argile

    Aurélia je navigue sur un flot de vagues

    Ou sur un nuage de lait de miel et de lune

    Et voilée d'une fumée blanche enivrante

    Je t'ai vu disparaître ma fée des Aurores

    Je pleure et mes larmes écrivent ton nom

    Dès l'aurore s'efface le rêve encore brouillard

    Le regard bleu rivé sur le jour naissant à l'est

    Et le songe rangé au ponant d'une nuit d'été

    Pourtant j'entends toujours l'écho envoûtant

    Du tam-tam du pays derrière les océanes fées.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :